La Jérusalem invisible

 avril 2003
par  Eyal Bloch
popularité : 7%

La Paix en Israël… Une jeune fille de onze ans en trace quelques traits à l’occasion du festival israélien OlymPeace.

It’s impossible to describe peace.
It’s a kind of dream that one refuses to shake off :
In it, everyone’s joyful and cheerful,
a tune is heard from above,
yeah, everyone’s happy…

But what will it be like when peace does come ?
Of course we’ll be happy -
for a while,
but what then ?
We might get bored, mightn’t we ?
No one can tell.

I’m just a little girl, who understands little.
But don’t you think that this vague thing,
from which no one wishes to wake up,
is something real, but forgotten ?

What has all this to do with me ?
I’ll tell you, then :

One thing I know, one teeny-weeny thing :
If you want something hard enough,
it’s sure to come !
Will you then listen to me,
as little as I am ?
For this I know I can give you :
HOPE.

Hadas, collégienne, Jérusalem, printemps 2002.

Hadas nous a donné de l’espoir avec ses sages paroles et son intuition. Si les enfants de ce conflit peuvent conserver une telle image en eux, alors il reste une chance. Dès lors, comment, nous, adultes, pouvons-nous les aider à explorer les possibles d’une réalité différente de celle à laquelle les média les exposent tous les jours ?

Le foyer du conflit est Jérusalem, la source de bien des tragédies. Malgré l’union de 1967, la ville est toujours séparée par des check points et une profonde peur réciproque. Pourtant, des initiatives sont prises, qui sont largement ignorées des média, et il demeure des occasions de rencontres insoupçonnées.

Le danseur Yaron Margolin a mis un terme à son activité professionnelle en 1999 pour se consacrer à des jeunes de 14 à 18 ans, supposés faire partie de la "génération foutue". Il a introduit ces jeunes dans le monde de l’art, où ils apprirent à canaliser leur énergie dans l’expression artistique plutôt que dans la violence et la haine. Ainsi, dans l’enceinte du studio, de magnifiques relations se nouèrent entre jeunes juifs et arabes, en rupture avec ce qui se tramait au-delà des murs. Même les jours d’attaques terroristes, ils travaillaient et dansaient ensemble. Parfois, certains jeunes arabes ne pouvaient participer à cause des barrages routiers aux abords de Jérusalem. Les danseurs venaient de toute la ville assister aux entraînements et aux répétitions, symbolisant ainsi la tolérance et une meilleure qualité de vie en Israël et dans le monde.

Le 30 janvier 2002, le Yaron Margolin Dance Group est enfin apparu sous le feu des projecteurs des télévisions et journaux lors de la venue au studio du maire de Jérusalem, M. Ehud Olmert. La représentation donnée par les danseurs suscita un énorme engouement dans tout Israël, et de nombreux enfants voulurent rejoindre le programme - en particulier des jeunes arabes de Nazareth, Jaffa, Tel Aviv, etc., qui disaient que le programme leur avait donné de l’espoir.

Dans le même temps, les gisements qui alimentent la haine et la guerre sont inépuisables, et les activistes de la paix travaillent sur les seules bases de la bonne volonté et d’une conviction profonde. Et les gens comme Margolin trouvent rarement les moyens nécessaires pour répondre aux attentes des enfants qui, après avoir vu les danseurs, en redemandent encore.

Il y a des dizaines de projets de coexistence à Jérusalem, tels que le festival israélien OlymPeace qui combine activités sportives et artistiques, ou encore le programme de jumelage d’écoles arabes et israéliennes que je dirige depuis six ans en dépit du changement de la situation politique. Pourquoi ont-ils échoué jusqu’à présent à atteindre une masse critique et à faire boule de neige ? C’est une question cruciale qui mérite une discussion en soi.


Commentaires  forum ferme

Logo de Gérard LEMAIRE
mercredi 30 avril 2008 à 07h25 - par  Gérard LEMAIRE

Projetant un voyage en Israël et en Palestine avec quatre jeunes de 18 à 25 ans je souhaiterai obtenir les coordonnées d’associations israéliennes militant pour la paix comme Gosh Shalom par exemple.
Merci d’avance.
Gérard LEMAIRE
Mes coordonnées
gerard.lemaire@akeonet.com
Le blog de notre association
http://cdanslaboite.wifeo.com

Logo de jocelyne.allard@umontreal.ca
vendredi 9 décembre 2005 à 19h40 - par  jocelyne.allard@umontreal.ca

Bonjour,
Je m’appelle Jocelyne Allard. Je travaille pour une chaire de recherche sur le dialogue entre les religions dans une université québécoise au Canada. Je viens de lire le texte sur la Jérusalem invisible. L’histoire de OLYMPEACE et celle de la troupe de danse m’intéressent énormément.
Nous sommes en train d’organiser un voyage interreligieux (juifs, chrétiens et musulmans) en Israël et en Cisjordanie pour le début du mois de juin prochain. Les participants à ce projet souhaitent vivre leur dialogue en créant des liens avec les groupes engagés dans ce genre de dialogue en Israël et en Cisjordanie. Je cherche à identifier ces groupes pour éventuellement les rencontrer quand nous serons sur place à Jérusalem ou ailleurs.
Merci à l’avance. J’attends de vos nouvelles.
Jocelyne Allard jocelyne.allard@umontreal.ca

Site web : Jocelyne Allard